Le conseil central de surveillance pénitentiaire

Forest-Berkendael

La prison de Forest – Berkendael 

La prison de Forest comporte deux entités séparées :

- La section des hommes (Forest)

- La section des femmes (Berkendael)

Elle est gérée par une seule et même direction et à présent la prison fait partie, avec l’établissement de St Gilles, de la « prison bruxelloise » placée sous l’autorité d’un directeur responsable des trois établissements.

 

La section de Forest

La prison de Forest, qui a plus d’un siècle, est un établissement du type Ducpétiaux, c’est-à-dire en étoile à 4 ailes. L’état désastreux des bâtiments était alarmant au point d’avoir dû, en décembre 2015, fermer une aile pour insalubrité. L’ensemble du bâtiment s’étant encore dégradé, la sécurité n’étant plus assurée tant pour les détenus que pour le personnel de l’établissement, il a fallu envisager d’autres aménagements. Une deuxième aile a été fermée en juin 2016 et l’établissement qui était une maison d’arrêt surpeuplée avec 700 détenus, est devenu maison de peine avec une capacité limitée à 180 détenus. Certains travaux élémentaires ont été effectués. Paradoxalement se sont les ailes A et B qui ont été maintenues alors que les cellules ne comportent ni toilette ni point d’eau. Les détenus y bénéficient d’un régime « ouvert » c’est-à-dire que les cellules restent ouvertes une grande partie de la journée. Elles sont réservées aux travailleurs. Certaines activités communautaires limitées sont accessibles.

L’établissement abritait également une annexe psychiatrique sur 4 niveaux. La centaine d’internés qui y séjournait a été transférée fin octobre 2016 à la prison de St Gilles. Cette section est actuellement occupée par des détenus bénéficiant d’un régime semi-ouvert. 

 

La section de Berkendael

Le quartier des femmes, prison de Berkendael, se situe sur un terrain qui jouxte la prison de Forest et communique directement avec elle. Il s’agit des locaux de l’ancien Centre d’Observation pénitentiaire.

Elle s’articule sur quatre niveaux et abrite une centaine de détenues. Bien que maison d’arrêt bon nombre de condamnées ainsi que des internées y sont incarcérées.

Une cellule « nurserie » est spécialement aménagée pour y accueillir une mère avec son enfant. Celui-ci peut y rester jusqu’à l’âge de 3 ans.

 

Fonctionnement de la Commission :

La Commission de surveillance a pour mission d’exercer un contrôle sur tout ce qui concerne le traitement réservé aux détenus et le respect des règles en la matière. 

La Commission est représentée par le « commissaire du mois » qui relève les billets de rapport glissés par les détenus dans les boites aux lettres de la Commission situées à chaque étage de l’établissement.

Le commissaire rencontre les détenus en cellule. Tout entretien est confidentiel.

Il est particulièrement attentif aux conditions de détention, l’alimentation, l’hygiène, l’accès au travail. Il se préoccupe également de l’accès aux soins médicaux et à l’aide psycho-sociale.

Il rencontre systématiquement les détenus au cachot, et est attentif à tout ce qui concerne le disciplinaire.

Les commissaires entretiennent de fréquentes et bonnes relations avec la direction de l’établissement.

 

Le même fonctionnement est appliqué à Berkendael.

En outre, le commissaire y rencontre systématiquement les mamans et leur bébés et sont particulièrement attentifs aux conditions de détentions des femmes enceintes.

Il est également soucieux des personnes internées.

 

Composition de la Commission :

Président et membre magistrat : Hervé Louveaux

Vice-présidente : Clotilde Nyssens

Membre magistrat : Hervé Louveaux, Caroline Cnop

Membre médecin : Virginie De Ridder

Membre avocat : Aurélie Verheylesone

Membres : Clotilde Nyssens, Sarah Grandfils, Julien Attuil-Kayser, Isabelle Erauw, Audrey Teugels, Diane de Meulenaere, David Scheer. 

Secrétaire : Luc van Weddingen

 

Contacter la Commission de surveillance :

Secrétariat : luc.vanweddingen@skynet.be

 

 

 

 

 

Composition de la Commission de surveillance

Autres informations