Le conseil central de surveillance pénitentiaire

Vous êtes ici |

ACCUEIL / Dispositions légales relatives au Conseil central et aux Commissions de surveillance

Dispositions légales relatives au Conseil central et aux Commissions de surveillance

La législation nationale belge organise la surveillance des prisons. Mais, les dispositions internationales, européennes et des Nations unies, prendront une place de plus en plus importante.

La loi de principes du 12 janvier 2005 concernant l'administration pénitentiaire ainsi que le statut juridique des détenus organise la surveillance des prisons. Une loi du 25 décembre 2016 modifie la loi du 12 janvier 2005, en prévoyant notamment le transfert des organes de surveillance vers le Parlement. Cependant, les dispositions relatives à la surveillance des prisons ne s’appliquent pas encore, faute d’un arrêté royal d’exécution. Actuellement, la surveillance des prisons se trouve toujours régie par l’arrêté royal du 21 mai 1965 portant règlement général des établissements pénitentiaires. Ces dispositions diffèrent de la loi de principe, qui prévoit notamment l’introduction d’une procédure de médiation et d’une procédure de plainte.

Les Nations unies ont fixé des standards internationaux de contrôle des lieux de détention, principalement pour prévenir la torture. La Belgique a signé, mais pas encore ratifié, ce protocole. Cela a pour conséquence que la Belgique ne pratique pas encore un contrôle des lieux de détention en suivant les normes internationales.   

A la une

  • Les membres de la Commission de surveillance de la prison de Saint-Gilles tiennent à vous informer de l'exposition de quatre grandes photos prises à l'intérieur de la prison de Saint-Gilles autour du thème des Journées Nationales de la Prison 2017 « Détenu : et la famille ? ».
  • Lors de la journée d’étude des commissions de surveillance du 17 novembre 2017 les orateurs ont abordé le thème de « la relation de l’agent pénitentiaire avec le détenu ». Madame Véronique Laurent, présidente du conseil central de surveillance pénitentiaire, a accueilli les participants et monsieur Walter Thiery, vice-président, a introduit cette journée et présenté le programme. Quelques concepts clés ont articulé les travaux : la sécurité dynamique, la gestion des conflits, la relation avec les internés, la spécialisation de la fonction d’agent pénitentiaire.